Paralysie isolée du nerf ulnaire

Le nerf ulnaire innerve le fléchisseur ulnaire du carpe, les fléchisseurs profonds de l’annulaire et de l’auriculaire et l’essentiel des muscles intrinsèques de la main, il donne également sa sensibilité à l’annulaire et à l’auriculaire.
La paralysie du nerf ulnaire est le plus souvent la conséquence d’une plaie directe du nerf mais peut également se rencontrer dans les fractures luxations du coude, plus rarement après une fracture luxation du poignet.

La paralysie se présente sous la forme d’un déficit de flexion de l’auriculaire et d’un déficit de mobilité dans les mouvements fins de la main, (inclinaison des doigts, extension des MCP, flexion volet, adduction du pouce) et s’accompagne d’une déformation caractéristique de la main : la griffe cubitale. Il existe également une anesthésie totale de l’auriculaire.

Quel que soit le siège de la lésion, une chirurgie sera nécessaire en urgence pour faire une stabilisation du squelette en cas de fracture-luxation ou faire une exploration chirurgicale en cas de plaie.

Dans les traumatismes fermés, si la récupération n’a pas débuté après 5 mois du traumatisme, une intervention d’exploration réparation nerveuse sera nécessaire.

Dans les paralysies tardives vues au-delà d’un an, une intervention palliative de transfert musculo-tendineux au niveau de l’avant-bras permettra de restaurer la flexion de l’auriculaire (synchronisation) et des transferts musculo tendineux au niveau de la main (Zancolli) permettront d’améliorer les mouvements fins de la main. La sensibilité du bord ulnaire de la main fera rarement l’objet d’une neurotisation sensitive.