Paralysies supra-claviculaires

Il s’agit des formes cliniques de loin les plus fréquentes.
Elles peuvent être complètes avec atteintes des 5 racines ou incomplètes avec atteinte uniquement de premières racines C5, C6 +/- C7.
Dans les formes complètes, il existe une anesthésie complète de la main remontant jusqu’au coude, toute la motricité du membre est touchée.
Dans les formes partielles C5 C6, seule la mobilité de l’épaule et la flexion du coude sont paralysées, la main conserve une sensibilité même si le pouce est moins sensible.

Paralysies récentes

Dans la première année qui suit le traumatisme, une chirurgie nerveuse est possible.

Dans les formes partielles et récentes, cette chirurgie a pour but de redonner la mobilité de l’épaule et du coude. Au niveau de l’épaule, une neurotisation (transfert nerveux) du nerf spinal sur le nerf suprascapulaire est possible ainsi qu’un greffe nerveuse de C5 sur le nerf axillaire. Au niveau du coude, une neurotisation du nerf ulnaire sur le nerf du biceps et du nerf médian sur le nerf du muscle brachial antérieur est réalisée pour restaurer la flexion du coude.

Neurotisation du netf musculocutané (Oberlin)

Dans les formes complètes et récentes, la chirurgie a pour but de restaurer une partie de la fonction de l’épaule et la flexion du coude mais la main reste insensible et sa mobilité peut rarement être améliorée. Au niveau de l’épaule, les neurotisations du suprascapulaire par le nerf spinal ainsi qu’une greffe nerveuse de C5 sur le nerf axillaire sont toujours possibles. Au niveau du coude, la réanimation de la flexion peut se faire par une neurotisation (transfert nerveux) des nerfs intercostaux sur le nerf du biceps. Dans certains cas, lorsque la flexion du coude récupère très bien, une greffe tendineuse peut être effectuée entre le biceps et les fléchisseurs des doigts pour récupérer une partie de la flexion des doigts, la main reste malheureusement insensible.

Paralysies anciennes.

Dans les paralysies du plexus vu tardivement après un an du traumatisme, la chirurgie nerveuse n’est plus possible, on parle alors de chirurgie palliative.

Dans les formes partielles et anciennes, la mobilité de l’épaule peut être améliorée par une arthrodèse (fusion articulaire) gléno-humérale. Au niveau du coude, la récupération de la flexion de l’épaule laisse place à deux grandes alternatives, un transfert musculaire libre du muscle gracilis sur le bras réinnervé par les nerfs intercostaux ou un transfert musculaire des muscles de l’avant-bras sur le bras (intervention de Steindler).

Lambeau libre du droit interne réanimation de la flexion du coude

Dans les formes complètes et anciennes, la mobilité de l’épaule peut également être améliorée par une arthrodèse (fusion articulaire) gléno-humérale. Au niveau du coude, seule la flexion peut être récupérée par un transfert musculaire libre du gracilis sur le bras ; le bénéfice de cette intervention doit se discuter au cas par cas. Dans certains cas, lorsque la flexion du coude récupère très bien, une greffe tendineuse peut être effectuée entre le biceps et les fléchisseurs des doigts pour récupérer une partie de la flexion des doigts, la main reste malheureusement insensible.